femme

L’art de la guerre… pour les femmes !

En ce 8 mars 2017, je vous parle des femmes dans le monde du travail, car si nous avançons petit à petit vers l’égalité professionnelle, l’écart salarial annuel net entre les sexes est encore de 25,7% en moyenne, soit le 1/3 d’une journée de travail… Bouh!!!! L’une des raisons est ce fameux plafond de verre : les femmes françaises ont – encore en 2017 – beaucoup plus de difficultés que les hommes à accéder aux emplois les mieux rémunérés 🙁

Vous connaissez sans doute L’art de la guerre de Sun Tse, qui a beau être le plus vieux traité de stratégie militaire écrit au monde, il n’en demeure pas moins une référence pour bon nombre de décideurs encore aujourd’hui. Mais parce que les décideurs sont aussi des décideuses, je vais vous parler d’un autre livre : L’art de la guerre pour les femmes écrit par Chin-Ning Chu, une femme qui parle aux femmes et leur explique comment triompher de leurs batailles professionnelles en utilisant leur énergie féminine autant que masculine.

Petite mise au point préalable pour les pacifistes qu’assurément vous êtes 😉 il ne s’agit pas de « guerre » au sens où on l’entend en Occident, au sens de brutalité, voire de barbarie. Il s’agit plutôt de déterminer la façon la plus efficiente de remporter la victoire avec le moins de conflit possible… la meilleure étant évidemment de gagner sans conflit !

Autrement dit, comment atteindre mes objectifs le plus efficacement possible et sans compromettre mon intégrité ? Le but de l’auteure : « étudier les différentes stratégies qui peuvent aider chaque femme à célébrer pleinement sa féminité, tout en conquérant la liberté d’atteindre des sommets ».

Comment prendre les bonnes décisions ?

  • Avant de prendre une décision, je m’interroge : fais-je ce qui est juste ? Suis-je motivée par mon ego ? Y-a-t-il plus de personnes à qui je vais être utile que de personnes à qui je vais nuire ?
  • En effet, si ma position morale est juste, mes collègues se battront pour défendre ma cause. Tandis que si je fais passer le profit à court terme avant mon éthique, la défaite est assurée.
  • Si je suis abattue, je ne prends pas de décision ! J’arrête tout et je respire, j’imagine que ma vie et mon travail sont ceux de quelqu’un d’autre… ce qui aide énormément à relativiser.
  • A l’inverse, quand je suis en forme, je n’hésite jamais à donner le meilleur de moi-même, j’essaie de concevoir mon travail comme un engagement à soutenir mon employeur (ce qui est plus ou moins facile selon les cas je vous l’accorde !).
  • J’attends le moment propice pour décider, car toutes les batailles ne valent pas la peine d’être menées. Comme le dit l’auteure, « celle qui sait quand se battre et quand ne pas se battre gagne ».

Quelles sont les qualités du leader ?

Est un « bon » leader : « toute personne dotée d’empathie et de compréhension, qui sait gagner la confiance de ceux qu’elle dirige et qui peut fixer un objectif ». Il aime ses collaborateurs tout en restant détaché de ses sentiments.

  • Voici ses 5 principales qualités :
  1. la sagesse : savoir être prévoyante, valoriser le meilleur des autres, dépasser sa blessure en cas d’attaque…
  2. la loyauté : pour gagner la confiance de ses collègues
  3. la bienveillance : une force intérieure telle que la critique ne fait plus peur, rester fidèle aux valeurs humaines comme la dignité humaine, l’égalité…
  4. la sévérité : l’auteure entend ici la capacité à donner des directives claires et à en vérifier la mise en oeuvre (je parlerai plutôt de fermeté)
  5. le courage : savoir prendre les risques du changement en acceptant l’incertitude
  • Petit exercice pour se connaître soi-même : l’auteure nous invite à lister nos traits de caractère, car ce sont des armes secrètes pour remporter la victoire. Vous vous dites peut-être que certains traits sont pour vous des handicaps, et bien sachez qu’aucun attribut n’est fondamentalement positif ou négatif, tout dépend de ce que l’on fait des cartes qu’on nous distribue. Vos prétendus point faibles peuvent être vos atouts (et inversement !) : empathie et compassion peuvent devenir faiblesse et maladresse ; assurance peut se muer en arrogance…
  • Notez également ce qui vous fait peur, comment vous voyez le monde, comment vous réagissez en situation de crise, ce qui vous met en colère, ce qui fait que certains jours sont parfaits, ce qui fait de vous une personne formidable… C’est-à-dire toutes les choses qui vous aident ou qui vous nuisent dans votre travail pour ne plus refaire les mêmes erreurs et comprendre ce qui vous empêche d’avancer ou pourquoi vous faites parfois des choses qui vont à l’encontre de vos propres objectifs.

Quel est l’état d’esprit de la réussite ?

  • « On gagne d’abord et ensuite on mène la bataille » : construisez-vous une image de ce que sera la victoire pour vous, l’idée étant de court-circuiter d’éventuels blocages psychologiques qui empêcheraient d’aller aussi loin que vous le désirez.
  • Parce que – ici comme ailleurs – le regard que je porte sur moi conditionne celui des autres : si je me vois comme compétente et persuasive, les autres me verront ainsi 🙂
  • C’est également important de temps à autre de faire comme si ce jour de travail était le dernier de ma vie. Alors j’ai naturellement envie d’offrir à mon entreprise des bénéfices bien plus élevés que mon salaire.
  • Les aptitudes « féminines » (sans tomber dans les stéréotypes, et sachant que ces aptitudes appartiennent aussi bien aux femmes qu’aux hommes) sont un atout MAJEUR en entreprise : empathie, intuition, amour, sens du compromis, dévouement, indépendance, passion. Mais n’oublions pas de valoriser aussi, selon l’occasion, nos qualités masculines : audace, détermination, maîtrise de soi, esprit logique, franchise.
  • Cet état d’esprit, je dois aussi l’incarner : attitude, vêtements, actes, expressions faciales, langage corporel. Mon style renvoie l’image de qui je suis et de l’orientation que je veux donner à ma vie.

Comment surmonter les conflits ?

  • Au-delà des difficultés inhérentes à toute relation humaine, je dois accepter qu’il y aura toujours des personnes pour m’empêcher de progresser.
  • Par exemple en cas de jalousie d’un de mes collègues, l’auteure conseille de ne pas chercher à se mettre en valeur, tout en s’affirmant si nécessaire mais au bon moment et de la façon qui convient. Il est bon de maintenir une distance mentale comme physique vis-à-vis des « crabes » qui vous entourent. En cas d’attaque personnelle, bien sûr mettez-y immédiatement un terme, mais sans élever la voix ni perdre votre calme.
  • En terrain non amical, restez agréable tout en gardant vos distances, ce qui créera une impression de mystère qui vous protégera. Inutile d’essayer de faire plaisir à tout le monde et d’être joyeuse à tout prix ! Comme tout être humain, accordez-vous le droit de vivre aussi de mauvais jours, et respectez vos moments de déprime sans les juger mais comme des invitations au repos.
  • Une astuce pour transformer une compétition malencontreuse en collaboration fructueuse ? Et bien apportez votre soutien à un collègue en difficulté – compétent et par qui vous vous sentez menacée – au moment où il s’y attend le moins… Effet garanti !

Pour conclure, c’est quoi la réussite ? « Ce que pensent les autres n’a aucune importance. Si vous êtes contente de ce que vous êtes, vous avez réussi ».

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Et n’oubliez pas : soyez heureux 😉

Rendez-vous sur Hellocoton !

A propos de l'auteur

Moi c'est Mia, j'ai 31 ans, et je suis ravie de vous accueillir sur ce blog 100% Bonheur ! Au fil des semaines je partagerai avec vous les conseils et expériences qui m'ont guidée et qui peut-être vous inspireront aussi ♥

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *