être heureux

Plaidoyer pour le bonheur (Partie 2)

Plaidoyer pour le bonheur : quel chemin pour être heureux ?

En fait le bonheur ce n’est pas aussi compliqué que votre cerveau vous le fait croire… On connaît tous des aléas dans notre vie, n’est ce pas ?? et bien on pourrait déjà commencer par cesser de se demander « pourquoi moi ? » ! Et puis on serait aussi bien inspiré d’arrêter de chercher quelque chose en permanence (vous voyez de quoi je parle pas vrai ?!) et alors miracle… on réalise qu’on ne manque de rien 🙂

Si on se débarrasse de ce besoin de gagner (gagner quoi au fond ?), et de cette peur de perdre (un travail, un conjoint, la santé, l’estime des autres…) : on est LIBRE de donner et de recevoir !

Dans la première partie de cet article je vous expliquais que bonheur n’est pas synonyme de plaisir : le bonheur naît de l’intérieur, dure, et rayonne vers l’extérieur et vers les autres (sa famille, son voisinage, sa ville, son pays…), or c’est le cheminement inverse au plaisir !

Mais comme a priori ni vous ni moi n’avons l’intention de renoncer au plaisir 😉 on peut se rassurer car Matthieu Ricard nous explique simplement que le plaisir n’est certes pas indispensable mais que cela peut malgré tout nourrir le bonheur (ouf je ne balance pas ma tablette de chocolat…) : l’essentiel est qu’il ne nous rende pas esclave en se transformant en une obsession de jouissance et en un besoin insatiable de répétition. L’idée étant qu’être heureux veut également dire que notre liberté intérieure reste intacte : les joies intenses et inattendues « ornent le bonheur » pour reprendre une formule de l’auteur.

Bonheur = liberté 

Quand on parle de liberté comme synonyme de bonheur, de prime abord on peut croire que la liberté c’est faire tout ce qui nous chante, et donc on situe la liberté à l’extérieur de soi… telle est plutôt pour Matthieu Ricard la définition de la servitude !!

En réalité la liberté réside dans l’essentiel, comme nous le représente cette image que j’aime beaucoup : nous sommes comme un marcheur épuisé qui porte un lourd sac de provisions et de cailloux, alors qu’il serait tellement simple de nous arrêter un instant pour faire le tri et alléger notre fardeau en ne gardant que ce qui procure paix et joie durables…

Vous allez peut-être me dire que renoncer c’est faire preuve de faiblesse ? en fait c’est faire preuve d’audace : l’audace de la simplicité, dans nos pensées, dans nos paroles et dans nos actes. Beau challenge avec un max de bonheur à la clé 😉

Etre libre, finalement c’est ne se prendre ni au sérieux ni au tragique, c’est suivre son chemin le cœur léger, sans but, sans nostalgie, sans impatience (je ne sais pas vous, mais moi ça me parle 🙂 )

On n’a rien à prouver si l’on ne veut rien paraître, rien à chercher puisque tout est là ♥

Bonheur = sérénité + capacité à s’émerveiller

Le bonheur c’est aussi l’absence d’état d’urgence chronique. Je suis heureuse quand je prends le temps de m’émerveiller de la beauté de chaque chose, de cultiver en moi des émotions positives : vous savez celles qui nous donnent le délicieux sentiment de devenir quelqu’un de bien.

Si au contraire j’ai une émotion « négative » qui trouble mon esprit, je n’ai pas besoin de chercher à la supprimer mais juste m’entraîner à cohabiter sereinement avec elle : d’abord en en prenant conscience tout simplement. Selon Matthieu Ricard c’est important ensuite de comprendre en quoi elle est néfaste pour soi et pour les autres. Et enfin on peut la « neutraliser » soit par son antidote : l’émotion opposée (bonté, détachement, se réjouir pour autrui…), soit en observant qu’elle n’est rien de plus qu’une pensée très éphémère.

Bonheur = altruisme 🙂

Ce que ce livre m’a appris de plus important, c’est que notre bonheur passe inéluctablement par celui des autres… Avant de le lire je me croyais plutôt altruiste sans attentes vis-à-vis des autres, et j’ai réalisé que je n’avais en fait pas vraiment compris ce qu’est l’altruisme… Ce constat a été pour moi un véritable déclic : qu’il est étrange n’est-ce pas de penser que je compte plus que tous les autres alors que je suis 1 et les autres sont innombrables !

Autre prise de conscience en lisant ce bouquin : nous les avons évidemment tous ressenties mais la jalousie et l’envie sont profondément absurdes… pourquoi ? parce que le bonheur d’autrui ne nous enlève absolument rien ! et même on peut se dire que c’est merveilleux parce que ça veut dire – si vous êtes vous aussi idéaliste – que ça fait une personne de moins à rendre heureuse donc mission accomplie !

Mais évidemment pour aimer les autres, il faut s’aimer soi-même, c’est-à-dire au fond AIMER VIVRE (clin d’œil à mon blog 😉 ). Il est essentiel que nous acceptions nos propres défauts et nos erreurs, comme des signaux qui nous enseignent comment progresser.

Finalement nous dit Matthieu Ricard, le bonheur c’est une bonté essentielle qui souhaite du fond du cœur que chacun trouve un sens à son existence et de notre côté faire tout notre possible pour atténuer les souffrances d’autrui, animés par un sentiment d’amour non calculateur, de responsabilité et de respect à l’égard de tous.

Les 4 étapes pour cultiver chaque jour notre nature profonde qu’est l’altruisme :

Ne pensez surtout pas que l’humanité se divise en 2 catégories : celle des « nés-altruistes » et celle des « nés-égoïstes » parce que ça n’aurait aucun sens. En fait, et c’est aussi une des magnifiques leçons que j’ai tirées de ce livre, l’altruisme est un potentiel que nous pouvons TOUS développer, exactement de la même manière que nous travaillons nos muscles à la salle de sport ou notre aptitude au dessin, à la musique, à la danse… c’est-à-dire avec détermination et assiduité !

Voici le chemin que nous conseille l’auteur pour cultiver ce trésor en nous :

  1. La compassion : il s’agit de penser aux souffrances concrètes des êtres, notamment celles qui sont comparables aux nôtres, ou qui sont pires, pour éprouver une véritable compassion
  2. La joie : pensons maintenant aux joies, qualités et succès d’autrui et réjouissons-nous pleinement, comme si ce bonheur était nôtre ♥
  3. L’impartialité : étendons à présent ces sentiments d’amour et de compassion à tous les êtres…
  4. L’amour : souhaitons que chacun trouve le chemin du bonheur

« Le sage est prêt à mourir. Il apprécie à chaque instant la richesse de sa vie. Il vit chaque journée comme si c’était la seule. Cette journée devient naturellement la plus précieuse de son existence ».

Qu’est-ce que vous inspire cette sagesse ? Vous reconnaissez-vous dans ces propos ? Dites-le moi dans les commentaires !

Et n’oubliez pas : soyez heureux 😉

Rendez-vous sur Hellocoton !

A propos de l'auteur

Moi c'est Mia, j'ai 31 ans, et je suis ravie de vous accueillir sur ce blog 100% Bonheur ! Au fil des semaines je partagerai avec vous les conseils et expériences qui m'ont guidée et qui peut-être vous inspireront aussi ♥

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *